Blog

Journée du popcorn : nos grignotines préférées!

Souhaitez-vous en savoir un peu plus sur la famille Luzerne?

Dans ce tout premier article collectif, nous avons décidé de vous faire part de nos habitudes de grignotage autant comme éditrices, auteurs ou lecteurs. Certains se reconnaitront assurément dans les prochaines descriptions. Y a-t-il des membres de la famille Luzerne avec de drôles d’habitudes? À vous de le découvrir!

Janney Deveault – Auteure d’Incandescence, livre un de la série Feu et Ombre.

Je ne grignote pas toujours quand j’écris ou quand je lis. À vrai dire, ça dépend surtout du moment de la journée et du contexte dans lequel je vais écrire. Il y a par contre un essentiel que je me dois d’avoir avant de toucher mon clavier : mon café ou mon thé. L’un ne va pas sans l’autre. On dirait que je suis incapable de commencer à écrire sans avoir une boisson à portée de main, car je sais que je vais devoir – obligatoirement – me lever de toute façon pour m’en préparer une. Si j’ai des rages de grignotines, ce sont habituellement pour des trucs sucrés : bonbons, chocolat, chocolat, bonbons… Digne d’une razzia au Bulk Barn! Ah, il ne faut pas que j’oublie mon précieux allié lors de soirées d’écriture : porto! En retraite d’écriture, on a également concocté notre fameux café Luzerne Rousse : un cappuccino aux noisettes et Sortilège. Honnêtement, je pense qu’on a tous hâte aux retraites d’écriture, parce que ça nous donne un prétexte pour siroter notre délicieux café toute la journée. Ha ha!

Marie-Frédérique Poirier – Auteure de Azura : La légende des Pierres

Quand j’ai un moment pour écrire, je commence par me faire un bon thé. Souvent, je le préfère noir, mais il m’arrive d’être inspirée par des infusions de fruits. Je le bois chaud en hiver et, enveloppée dans une couverture, je me mets à écrire. L’été, je préfère le thé glacé pour écrire au soleil.

Maxim Poulin – Auteur de Tourmentée, livre un de la série L’Entre-Monde

J’ai mes petites habitudes quand je lis, mais aussi quand j’écris! Je suis souvent très occupé dans la journée, soit au salon de coiffure, soit à tourner des vidéos pour ma chaîne BookTube, alors mes activités littéraires prennent place le soir et parfois la nuit. Quand je m’installe pour lire, j’ai souvent une rôtie au beurre d’arachides avec moi, ainsi qu’un verre de lait ou une bouteille d’eau. Il se peut que je grignote la même chose lorsque j’écris ou que je corrige mon roman, mais à ça peut s’ajouter également café ou boisson énergisante, raisins, fromage ou une bonne galette d’avoine!

Stéphanie Bourgoin-Gaudet – éditrice chez Luzerne Rousse

Pour moi, collation et livre se résument à un seul mot : sacrilège. Lorsque je lis un livre papier, je ne mange jamais, car j’aurais beaucoup trop peur de salir mon roman. Toutefois, lorsque c’est un ebook, je peux me permettre des petites grignotines tant qu’elles ne salissent pas les doigts bien entendu. J’y vais plus pour du sucré dans ces moments-là. C’est donc souvent des bonbons ou du chocolat.

Quand j’écris, je n’ai pas de préférence pour le sucré ou le salé. D’ailleurs, je les mélange souvent. Un peu de popcorn avec quelques bonbons, c’est ma solution, car le maïs soufflé me sert de collation et les bonbons sont plutôt des récompenses. Je me gâte à chaque étape franchie. Je sais, très pavlovien!

Question breuvage, la même règle s’applique en lisant. Par contre, en écrivant, j’aime bien prendre un thé, souvent aux saveurs automnales! Dépendant la situation, écriture et vin peuvent aussi faire un bon mélange!

Sophie Vaillancourt – éditrice chez Luzerne Rousse

Personnellement, peu importe que je lise, écrive ou édite, il est rare que je n’aie pas une boisson chaude à la main. Ça peut varier entre plusieurs sortes de thé – je suis une fan finie du David’sTea – ou encore notre fameux café Luzerne Rousse, que Janney a mentionné plus haut. Si je n’ai pas une tasse thermosensible en main – j’en ai toute une collection! – c’est que j’ai une coupe de porto!

Côté nourriture, je suis aussi tournée vers les bonbons et les chocolats, mais heureusement pas en grande quantité. Par contre, j’ai récemment découvert les pois chiches grillés et je trouve que c’est une superbe alternative santé! C’est petit, croustillant et on peut mettre la saveur que l’on veut si on les fait soi-même.

Sinon – vous demanderez à Janney ou Stéphanie – je suis la fille aux yogourts! C’est la collation que je préconise en retraite d’écriture puisqu’elle soutient plus que des bonbons et je ne veux pas me lever constamment pour me servir quelque chose à manger : je suis là pour écrire, je maximise mon temps!

Ecrire un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises et attributs HTML suivants : %s

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Luzerne Rousse
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
%d bloggers like this: